Bienvenue dans Izenah Guides le guide des balades sur les sentiers du littoral de l'Ile-aux-Moines

Le sentier littoral, appelé également "sentier des douaniers", est le chemin côtier qui longe la mer sur le littoral français. 

La randonnée sur le sentier littoral doit répondre à deux exigences: accueillir les promeneurs dans de bonnes conditions et préserver les milieux naturels qui lui sont associés (dunes, côte rocheuses, petites formations herbacées, zones humides,...

Parcourir la côte de l'île c'est aussi admirer le site du Golfe du Morbihan et découvrir des perspectives inaccessibles par les grands axes balisés Vert, Jaune, Rouge et Bleu et empruntés par des centaines de cyclistes...

 

Les sentiers côtiers

Le concept de sentier littoral est établi par la loi du 31 décembre 1976, qui instaure une servitude de passage de trois mètres maximum en bordure du domaine public maritime. Ce principe a été confirmé par la loi littoral de 1986. Après enquête publique, la décision est prise par le Préfet du département. À l’Ile-aux-Moines, 14 km de sentiers ont été aménagés avec l’aide de la Fédération des Randonneurs du Morbihan. Il en reste une petite dizaine à ouvrir lors de la prochaine campagne. Outre la création de ces sentiers, la commune est responsable de leur entretien, le nettoyage se fait en collaboration avec le Conservatoire du Littoral. Pour prévenir toute difficulté (égarement, blessure...), elle a disposé, de place en place, des bornes numérotées indiquant le lieu où elles sont placées et le numéro à appeler en cas d’urgence. La commune souhaite que ce balisage soit respecté, et demande aux visiteurs d’éviter les dégradations susceptibles de mettre en péril la vie d’autrui.

L'île protège sa faune et sa flore et a reçu le label "Natura 2000", c'est pourquoi il est demandé aux visiteurs d'éviter la dégradation des milieux naturels soit en cueillant des espèces rares, soit en abandonnant des déchets le long des sentiers. En outre, il est expressément recommandé de ne pas utiliser les bâtons de type "marche nordique", les pointes métalliques abîment dangereusement les sentiers.

 

Sur l’Île-aux-moines, les bâtons de marche à bout pointu sont interdits

vendredi 13 juillet 2012
C’est une nouvelle qui fait grincer des dents à l’Île-aux-Moines (Morbihan). Et aussi les articulations des quelques marcheurs habitués à randonner avec leur bâton de marche... Un arrêté municipal du 12 juin, qui complète un texte publié quelques mois plus tôt, interdit l’utilisation de ceux qui ont le bout pointu.
Un risque pour la nature
Le texte, affiché notamment à l’office de tourisme, est très clair : « L’utilisation de bâtons de marche à pointe métallique présente un risque pour la préservation de la végétation et pour la pérennité des sentiers côtiers. » Conséquence : les visiteurs qui seront pris en train d’utiliser ces instruments seront « passibles d’amende ».
L’Île-aux-Moines (Morbihan) propose aux visiteurs 17 kilomètres de sentiers côtiers. Ces chemins sont entretenus régulièrement, ce qui coûte « 20 000 € par an à la commune, indique Jean Pressard, le maire de l’île. Lorsque les sentiers sont abîmés, c’est beaucoup plus cher ! »
Des randonneurs en colère
« Les bâtons de marche nordique ont effectivement tendance à labourer les chemins, admet le président du comité départemental de randonnée pédestre. Nous considérons donc que chaque municipalité a le droit de réglementer leur usage sur son territoire. La mairie de l’Île-aux-Moines nous a d’ailleurs consultés avant de prendre sa décision »
Autre point de vue de la Fédération française de randonnée (FFR). Pour Fabienne Venot, conseillère technique nationale, « aucune étude n’a déterminé l’effet néfaste des bâtons sur l’environnement. Je trouve donc dommage de freiner la pratique de la marche nordique ».
La responsable assure n’avoir entendu parler qu’à une seule reprise d’une interdiction similaire, « il y a plusieurs années. Mais je ne me souviens plus de quelle commune il s’agit. » [Perros-Guirrec, ndlr]
Des embouts de protection en caoutchouc
Désormais, pour utiliser les bâtons sur l’Île-aux-Moines, les marcheurs devront recouvrir les pointes métalliques d’embouts en caoutchouc. « Nous recommandons donc à nos adhérents d’en acheter dans le commerce », conseille le président du comité départemental.

Vincent HÉRY